Intendants de l’Ancien Testament

Le mot ” intendant ” lui-même n’est traduit qu’à quelques reprises dans l’Ancien Testament. Dans la majorité des cas, il vient de l’expression concernant celui qui est ” sur la maison “, l’idée d’être en charge de la gestion d’une maison (Gn 43.19; 44.1, 4 ; 1 R 16.9). Les intendants avaient la responsabilité de gérer les affaires domestiques et financières de leur maître, de faire ce qu’on leur demandait. On peut parvenir à une définition d’un intendant dans l’Ancien Testament en identifiant ses caractéristiques. Les intendants ne peuvent pas être séparés de leur intendance, car elle révèle leur identité.

Certaines de ces caractéristiques apparaissent clairement dans l’Ancien Testament. D’abord, les intendants avaient de grandes responsabilités (Gn 39.4). Ils étaient choisis en fonction de leurs capacités, et ils recevaient le respect et la confiance de leurs propriétaires.

Deuxièmement, ils savaient que ce qui leur avait été confié appartenait à leur propriétaire (Gn 24.34-38). Voilà la différence suprême entre un intendant et un propriétaire. Les intendants comprennent leur rôle. Troisièmement, quand les intendants s’appropriaient ce qui leur avait été confié, la relation de confiance entre eux et le propriétaire était brisée, et ils étaient renvoyés (Gn 3.23; Os 6.7.).

Lisez Esaïe 22.14-18. Pendant le règne d’Ezéchias, Shebna fut nommé intendant, ainsi que trésorier, toutes deux des positions d’autorité très importantes. Que lui est-il arrivé après qu’il a abuse de sa position ?

Un économe s’identifie avec son maître. Il accepte les responsabilités d’un gérant : aussi doit-il remplacer son maître et agir comme agirait celui-ci s’il s’occupait lui-même de ses affaires. Les intérêts du maître sont les siens. La charge d’économe lui confère une dignité, car elle est une preuve de la confiance de son maître. Si, d’une manière ou d’une autre, il se comporte en égoïste et détourne à son profit personnel le fruit obtenu par la mise en valeur des biens de son maître, il abuse de la confiance qui a été placée en lui “18.

Comment mieux intégrer cette notion importante que nous sommes des intendants de ce que nous possédons dans cette vie ?

En quoi cette prise de conscience devrait-elle influencer tout ce que nous faisons ?

18. Ellen G. White, Conseils à l’économe, chap. 23, p. 119.

Write a comment:

*

Your email address will not be published.

Follow us: