Leçon 6 – Mercredi 02 Août 2017 – École du sabbat

La durée de la loi de Dieu

La déclaration de Paul sur la loi ayant été ajoutée au Mont Sinaï signifie-t-elle qu’elle n’existait pas auparavant ? Dans le cas contraire, quelle était la différence avant et après le Mont Sinaï ? Lisez Gn 9.5,6 ; 18.19 ; 26.5 ; 39.7-10 ; Ex 16.22-26.

Dieu n’a pas eu besoin de révéler sa loi à Abraham avec du tonnerre, des éclairs, et une peine de mort (Ex 19.10-23). Pourquoi, dans ce cas, Dieu a-t-il donné la loi aux Israelites de cette manière ? Car lors de leur esclavage en Egypte, les Israélites avaient perdu de vue la grandeur de Dieu et ses standards moraux élevés. Ils avaient donc besoin de prendre conscience de l’ampleur de leur propre condition, et du caractère sacré de la loi de Dieu. Et c’est exactement ce qu’a fait la révélation au Sinaï.

Beaucoup interprètent ce texte comme signifiant que la loi donnée au Mont Sinaï était temporaire. Elle est intervenue quatre cent trente ans après Abraham et a pris fin quand Christ est arrivé. Mais cette interprétation contredit ce que dit Paul sur la loi dans Romains, ainsi que d’autres passages dans la Bible, comme Matthieu 5.17-19. L’erreur que font souvent les lecteurs avec ce passage, c’est de croire que l’expression » jusqu’à ce que  » implique toujours une durée de temps limitée. Décrivant celui qui craint l’Eternel, Psaume 112.8 dit : » Son cœur est inébranlable ; il n’a pas de crainte. A la fin, sa vue s’arrêtera sur ses adversaires « . Cela signifie-t-il qu’il aura de la crainte après la fin ? Jésus dit dans Apocalypse 2.25 : » Ce que vous avez, restez-y attachés jusqu’à ce que je vienne « . Jésus veut-il dire que nous n’aurons plus à être fidèles une fois qu’il sera revenu ?

Le rôle de la loi n’a pas pris fin avec la venue de Christ. Elle continuera à mettre le péché en avant aussi longtemps que la loi existera. Ce que Paul dit ici, c’est que la venue de Christ marque un tournant décisif dans l’histoire de l’humanité. Christ peut faire ce que la loi ne pourra jamais faire : donner un véritable remède au péché, c’est-à-dire justifier les pécheurs et, par son Esprit, accomplir sa loi en eux. (Rm 8.3,4).

Vous êtes-vous déjà dit : » Si seulement le Seigneur faisait ceci ou cela pour moi, alors jamais plus je ne douterai de lui  » ?
Pensez, pourtant, à ce qui est arrivé au Sinaï, a la puissance de Dieu qui s’est manifestée et que les Israelites ont vue. Et pourtant, qu’ont-ils fait ?
Qu’est-ce que cela nous indique sur ce qu’est la véritable foi et sur la manière dont on l’obtient et dont on la garde ?
 (Voir Col 2.6).

Leave a reply